Thaï 8/18: Des scies et des fleurs

100_7563

Josephine, profession: bricoleuse



27 Mar 2007

Des scies et des fleurs en audiobook

La routine

J’avoue que j’ai oublié la majorité de ce qui s’est passé dans ma deuxième semaine de volontariat. Peut-être un syndrome de post-traumatisme qui bloque un souvenir douloureux. Plus probablement qu’il ne s’est rien passé de passionnant. A moins que…

Tous les jours, on faisait une heure de route pour aller bosser à l’orphelinat, avec, matin et soir, un stop OBLIGATOIRE pour Penny au 7/11, la chaîne de magasins d’alimentation générale. Ensuite on ponçait/sciait/clouait sans grand talent pendant 3 heures en tout sur la journée…
Enfin Joséphine sciait comme personne. Et avec Perrijne, elle décida de construire une balançoire… Maintenant l‘escalier est réparé, la rampe de la terrasse aussi, les toilettes sont peintes et l’école a reçu une couche de bleu. Mais quand j’ai quitté le projet, c’était loin d’être le cas.

Les volontaires se font scier

Le changement

En effet, comme j’avais choisi l’orphelinat pour les enfants, je ne me sentais pas tout à fait à ma place au milieu de tout ce barda. Aussi, lorsqu’Annemieke a mentionné L’ENGLISH CAMP, tous mes sens se sont mis en éveil. C’était là que je devais aller! On a donc mis le sujet sur la table et, contrairement à mes craintes, personne n’a bronché.

Le plus triste, c’est que pour ça, je devais quitter Eeek et Tuk(tuk), nos coordinateurs avec qui je rigolais et j’apprenais le thaï. Grâce à eux, j’avais par exemple appris à dire Phom pen nog qui signifie: je suis un oiseau. Ça vous la coupe, hein?!

Eek and Tuk(tuk)

Eek and Tuk(tuk)


Bref.
À mesure que les informations arrivaient, l’English camp avait l’air de mieux en mieux. C’était organisé. À mesure que les informations arrivaient, l’English Camp avait l’air de mieux en mieux. Entre-temps, d’autres volontaires s’étaient ajoutés au projet. Ainsi il y avait moi, Annemieke, Nathan, un groupe de 3 amies suédoises: Josephine (une autre), Felicia (dit Noodle) et Nina, Erika et Meander, une autre Hollandaise.

  Avant de commencer l’English Camp, on était invités à une fête de l’école. Thaï Style.

Le choc

Thaï style signifie en général : bien au-delà de vos rêves les plus fous. Oubliez la misérable pièce de théâtre dans la salle de sport. Oubliez la comédie musicale. Oubliez le décor préparé avec amour par les enfants et madame Duville. Mais surtout, oubliez la naïveté enfantine.

Partytime... thaï style

Partytime… Thaï style


Même si la ‘Charity‘ était une école très pauvre, je n’avais jamais vu un podium aussi massif dans une école en Belgique. Sans doute que c’est tellement important de s’amuser là-bas que c’est pour ça que l’école reçoit d’importantes donations. ‘Sabai, Sabai’ (à l’aise, à l’aise) comme ils disent là-bas. 

En plus de ce podium, il y a une quarantaine de spots. Il y a des lumières partout, 2 maîtres de cérémonie qui n’arrêtent pas d’avoir des trucs à dire. Un millier de chaises. Des stands comme à la foire. Mais que se passe-t-il sur le podium vous entends-je demander? 
C’est une fête de l’école donc y a bien des enfants non? Oui! Ceci dit, ils sont tellement maquillés (pas grimés) qu’il est difficile de les reconnaitre. Pommettes roses, rouge à lèvres, gels pour les mecs ou dreads pour les filles… 
Tout le monde y passe. Quel que soit l’âge. 
Un petit garçon est même venu chez moi pendant la soirée pour m’annoncer fièrement qu’il était une fille. Je comprends d’où viennent les ‘ladyboys‘ maintenant.



Une fois préparés, les enfants de 6-7 à 12-13 ans montent sur le podium par classe et dansent. En général, ces danses ont un total de deux mouvements différents qui se compliquent proportionnellement à l’âge des participants. Donc y a des schtroumpfs haut comme trois pommes qui se dandinent sur les classiques endiablés du Hitbox! thaïlandais (je suppose) et que les profs encadrent et corrigent constamment. D’ailleurs, la danse des plus petits ressemble fort à du n’importe quoi. Genre « bouge ».

Voici un petit extrait…

La récompense

Quoi que vous en pensiez, ces danseurs méritent consécration. C’est ainsi que tous ceux qui le désirent peuvent acheter un collier de fleurs et le passer autour de leur schtroumpf préféré. Certains enfants tombent presque sous le poids de leurs colliers, d’autres n’en reçoivent pas, ou presque. Y a tout de même Papa et Maman, qui sont d’ailleurs tous armés de leur appareil de photo à 30cm du podium et sont teeellement fiers de leur progéniture. Mais attention, pour des raisons obscures, personne n’applaudit.
J’ajouterai que les Thaïlandais n’ont pas de problème à ce que les enfants s’habillent tendance, voir sexy et provocateur lors de ces fêtes. Ah oui: et qu’ça brille!
Peut-être que je donne l’impression de trouver ça ridicule, mais non, c’est la culture. C’est juste que moi, j‘avais la bouche grande ouverte et les yeux comme des soucoupes pendant toute la représentation.

Flower power!

Flower power!

L’évasion

Le weekend qui suit… Bangkok. Bof. Je revois le gars qui bosse dans le ciné et je remets les pieds sur terre. Daniel, Tom, Nicole et Kim nous quittent. J’achète Notre Dame de Paris, je vais tout seul au « Siam Center », un énorme centre commercial, pour rejoindre d’autres. Et je peux vous assurer que tout seul, c’est différent. On porte tout le poids de la culture sur nos épaules et c’est fatiguant, mais tellement plus riche. Après, je vais au cinéma avec Nathan voir une grosse merde: ‘300’. Mais ça valait le coup, car comme ça, j’ai pu voir la censure thaïlandaise. Trop drôle. En Thaïlande, on ne montre pas de derrière, ni de seins nus. En Thaïlande, on montre des petits carrés. Les mêmes que ceux qu’on utilise au JT pour cacher des individus…

Siam Center (je crois)

Siam Center (je crois)

Au final, je n’ai de nouveau vu que Khao-San Road et je commence à en avoir marre d’être le « friend » de tous les vendeurs. À ma prochaine visite, c’est décidé, je dormirai autre part.
La fois prochaine: hôpital et police. Mais pas pour une visite guidée.
 Apluz, 
Thierry


Publicités

2 réflexions sur “Thaï 8/18: Des scies et des fleurs

  1. Pingback: Thaï 9/18: Au feu, les pompiers! | Les aventures de Thierry

  2. Pingback: Ce n’est qu’un « Laa Khoon  | «Les aventures de Thierry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s