Thaï 6/18 : Volontaires slashs orphelinat

Engagez-vous qu'ils disaient

Engagez-vous qu’ils disaient

12 Mar 2007

Volontaire, slash, orphelinat en audiobook


« 
Je veux aider les autres », répondit ma voisine de manière idéaliste.
Notre interlocutrice regarda la jeune fille droit dans les yeux.
« Et? »
La jeune fille ne comprenait pas.
« Et quoi? »
Silence.
L’oratrice la dévisagea.
« Tu sais, il y a des gens dans le besoin ici aussi… »
La jeune fille baissa les yeux. Tout le monde était soudainement devenu muet.
L’oratrice inclina légèrement la tête, haussa les sourcils et reprit.
« Et? »
« Je… Je veux voir du pays », balbutia la jeune fille.

L’oratrice frappa des mains.
« Voilà ce que je voulais entendre », s’exclama-t-elle.
Elle se leva d’un bond et commença à tourner autour de la table.
« Je veux mettre une chose au clair », continua-t-elle en nous regardant un à un dans les yeux.
« Si vous partez faire du volontariat, vous n’allez aider personne. » Elle s’arrêta. « Du moins, personne d’autre que vous-même. »
Nos visages étaient perplexes, mais ça n’avait pas l’air de la déranger. Elle recommença à tourner.
« Vous n’êtes donc pas des sauveurs! Vous ne faites pas de l’humanitaire! Et ces gens n’ont pas besoin de vous! Ok ?! »
Mais ce n’était pas vraiment une question. Néanmoins, tous les 7, on hocha légèrement la tête.
Je me risquai à un timide « Mais on va leur donner cours et… »
« Non! », m’interrompit-elle. « Tu n’es pas le gentil-super-Européen qui va sauver les pauuuvres petits Africains (elle me fit les yeux de chiens battus) de leur triste destin.
Ne te mets pas sur un piédestal, bon sang! »
Incrédule, je hochai tout de même la tête en essayant d’emmagasiner les informations reçues.
Depuis, on me la répète tellement de fois que c’est devenu comme une formule de math:

[Volontaire = Sauveur]

Volontaires :

Oaah, coordinatrice de volontaires

Oaah, coordinatrice de jeunes idéalistes impliqués

Cette semaine-ci, la formule n’a pas vraiment marché. Lundi matin, Oaah, notre nouvelle coordinatrice, vient donc nous chercher, moi, quelques Anglais, 2 Hollandaises et une Suédoise, afin de nous faire découvrir ce que nous allions faire dans l’orphelinat durant le prochain mois. Lorsque j’arrive à l’endroit, il est, bien sûr, loin de ce que j’avais imaginé. Sans doute moins bien, mais je n’avais imaginé ni la TV, ni les PC. Le prof de sport (du moins, c’est ce que je pensais) nous fait la visite des lieux. Les dortoirs au premier étage sont de grandes pièces vides dans lesquelles s’empilent 40 garçons sur le sol. Il y en a deux, mais, comme il y a environ 120 garçons, une bonne partie dort à l’extérieur sur la terrasse, seulement protégé par un préau. D’ailleurs, il manque 28 barreaux à la rampe autour de cette terrasse. Heureusement, on me signale qu’ils ont tous un filet à moustique. Pfiouu, j’allais presque paniquer. Chez les filles, c’est à peu près pareil, sauf que c’est une pièce, plus grande et au rez-de-chaussée. La visite se poursuit aux toilettes. Sur le chemin, je vois une casserole géante sur un bruleur géant. « La cuisine », nous explique le guide. Juste après ça, j’entrevois une autre casserole aussi grande, cette fois dans une pièce. « La nouvelle cuisine » désigne le guide. « Mais on ne l’utilise pas. » Super. Je résiste à l’envie de lui sortir 2 pouces en l’air pour faire preuve de tant d’intelligence. Les toilettes sont moches et sales et ont un système de verrou trop compliqué pour les enfants (d’ailleurs, je ne le comprenais pas non plus mes premiers jours en Thaïlande). Le point d’eau est une grande bonbonne avec un pseudo-robinet. Et pour prendre une douche thaïe (se verser un bol d’eau sur la tête), les jeunes pensionnaires doivent marcher 5 min. Encore un peu plus loin, on finit par distinguer où les enfants font sécher leurs habits… Entre autres, sur des fils barbelés.

Pas des sauveurs

100_7424

Josephine et Annemieke, à fond

Les volontaires se sentant impliqués sont choqués. Les Anglais, eux, suivent de loin. On ne peut pas leur en vouloir, Greenway, l’organisation thaïlandaise, leur vend le programme en tant que ‘Thailand Experience‘ où il n’est pas question de volontariat, mais de voyage et de découvertes. Pas idéal d’avoir 2 visions pour créer un groupe motivé et soudé. Mais ça n’empêche pas de réfléchir aux travaux qu’il faudra faire. Bonne nouvelle : Greenway nous avance de l’argent. Mais Annemieke, déjà volontaire le mois passé, nous explique que comme cela ne suffisait pas, elle a fait appel à ses proches afin d’acquérir des fonds supplémentaires. Elle nous conseille d’en faire autant. Après la discussion, on commence par le nettoyage des toilettes. Amusant. Lors de la pause, on sort les cerceaux qu’on a achetés plus tôt. J’ai l’impression qu’on achète les enfants. Certains volontaires donnent des bonbons. Je sens que cest pas ça. Ensuite, on se met en chasse pour trouver 3 caleçons et 2 paires de chaussettes par enfant. Après avoir sillonné les rues de Singburi à la recherche de ces attributs, on finit par comprendre que le seul lieu à pouvoir nous en offrir autant est la grande surface que je préfère… Sisi c’est bien celle à laquelle vous pensez: Tesco’s.

100_7431

Flip-(Flap)Flops

Le jeudi, certains volontaires peignent les toilettes, d’autres, dont moi, attendent les barreaux de la rampe de la terrasse. Ceux-ci n’arriveront que trop tard parce qu’il est déjà l’heure de la donation des caleçons et des slashs (vu qu’on n’a pas trouvé de chaussettes). À cette occasion, les 250 enfants sont réunis sous le préau. Les volontaires se mettent devant eux. La donation peut commencer. Pourtant, rien ne se passe. Les volontaires restent comme des potiches à sourire bêtement. On appelle ça un manque d’organisation. Je fais la remarque, mais je sais que je suis en faute aussi. L’excuse « je ne suis pas à mon aise » pourrait être reprise en cœur par tous les volontaires. Tant bien que mal, car nous sommes très mauvais en maths, nous arrivons quand même à faire parvenir une paire de slashs et 2 caleçons (et non 3) à tout le monde. C’est surement très bien, mais je trouve qu’il y a quand même un problème. Comme les enfants partent en vacances dans leurs tribus vendredi soir, on joue toute la journée suivante avec eux.

Simplement animateurs

La première bombe m’atteint en plein dans les pieds. J’évite la seconde de justesse mais trop fier du résultat, j’oublie de m’enfuir et celle d’après m’éclabousse jusqu’à la taille. Ça a été comme ça pendant plus d’une demi-heure, car Annemieke (de nouveau elle), avait eu la bonne idée d’organiser une bataille de bombes à eau (comprenez: remplir des ballons d’eau).
Lors des au revoirs déchirants, certains enfants nous ont dit dans leur plus bel Anglais « See-you-to-morrow. » Sur le cul que j’étais. Mais bon, c’est le seul truc qu’ils savent dire. En même temps, mon thaï n’est pas bien meilleur. La fois prochaine, vous découvrirez comment un volontaire se remet de son volontariat. D’ici la portez-vous bien. CONTINUEZ LES MAILS et n’oubliez pas que J’AI UN GSM THAI +66(0)890846813 Thierry

Publicités

2 réflexions sur “Thaï 6/18 : Volontaires slashs orphelinat

    • Eh ben cousin, tu fais pas les choses à moitié toi… Même ma mère ne lit pas plus que 10% de ce que t’as lu.
      Content que tu aies aimé 🙂
      C’est drôle. Mes statistiques étaient vers du 5-10 par jour (surtout vu que yavait plus d’article…) et là tu fais exploser à du 154! 😀
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s