Thai 4/18: La ballade sauvage

100_6779

Tree of life

1  Mar 2007   

La ballade sauvage en audiobook

Salut a tous,

Je me trouve actuellement sur le balcon de mon petit bungalow à Ko(h) Samed.

Le doux gazouillis des oiseaux caresse mes oreilles,
la légère brise du soir rafraichit mes idées…
‘Heaven on earth’, d’après la pancarte.

But there’s trouble in paradise.

—–
J’ai perdu mon portefeuille.

Mais tout ça, c’est pour une autre fois, car vous ne savez encore rien du trekking.

Haute Provence

« Par la présente, je tiens à remercier Jacques Errembault et son épouse Danièle Errembault pour m’avoir entrainé plusieurs années de suite dans les montagnes afin d’y faire de grandes balades alors que mes amis se la coulaient douce dans un Club Med ou au ski. »

Sérieusement, c’est grâce à ça que ce trekking s’apparentait à une grande balade, lui aussi. Avec nostalgie, je ne cessais de penser au ‘Lac des neuf couleurs’ qu’on avait vu lors d’une de ces nombreuses expéditions familiales, et qui était plus beau que ce que je voyais autour de moi…

Cette semaine-là, notre groupe s’était divisé en deux, avec d’un côté les profs et de l’autre les vrais durs qui allaient joyeusement gambader dans la forêt. Hum. Je ne sais pas ce que les profs d’Anglais ont vécu. Néanmoins, eux ont prétendu que leur semaine était bonne. Je suis sûr qu’en réalité, ils se sentaient trop faibles pour le trekking. Il faut dire que nous avons dormi sous tente, bu de l’eau de pluie et… fait du karaoké.

Dense Jungle

The english bookclub

The english bookclub

Le premier jour, on ne marche pas, on roule.
Une fois arrivés, je me débats avec ma tente, heureusement Abby, scoute toujours, prête main forte. Le soir, au coin du feu, nos accompagnateurs nous font découvrir les joies du ‘Pipipipii’ et du ‘Monkeydance’. Le ‘Pipipii’ s’apparente à une danse en boite de nuit où l’on bouge les deux mains, paumes verticales vers le haut (fig 2, page 7 dans annexe). Je ne m’attarderai pas sur le ‘Monkeydance’ ni ‘L’elephantdance’.

Le deuxième jour, place au trekking.
Dans une jungle simple d’accès, nous traversons constamment un cours d’eau pour progresser dans notre chemin, ce qui rend les choses un peu plus compliquées. Certains se trouvent « klunzig » (maladroits, en néerlandais) car ils n’ont jamais fait ça. Moi pas. C’est d’ailleurs pour cela que je suis le seul à me blesser en accrochant des branches avec mon bras dès le début de la marche. Tout de suite, je panique en imaginant que ça pourrait s’infecter. Tétanos, sida, varicelle… me menacent. Après avoir eu chaud à cause d’une petite frayeur liée au vertige d’Abby, ainsi qu’à cause de la chaleur :p, nous arrivons au nouveau campement.  Plus tard, Adam s’improvise lecteur parce qu’il n’a rien à faire. Tout le monde est pendu à ses lèvres. Je l’envie.

Le soir, je me joins à nos accompagnateurs thaïs parce que j’en ai marre des Anglais et de mon Thaï qui ne s’améliore pas. Ils jouent de la guitare, chantent, m’accueillent à bras ouverts, me proposent à boire, à manger, à chanter… Je chante ‘Cendrillon’ de Téléphone. Même si je comprends rien, je me sens super bien et privilégié. C’est ça que je cherche, le vrai contact.

100_6721

Adam, maître conteur

Profonde Grotte

Le troisième jour, on visite des grottes avec nos accompagnateurs thaïs qui connaissent celles-ci comme leur poche, tous au moins équipés d’une bougie. Soudain l’un d’eux remarque  » On ne peut pas continuer ici, on dirait qu’il n’y a plus d’oxygène. »  La confiance est totale. J’en profite pour me prendre une magnifique gamelle en faisant le malin en sortant de la grotte. L’après-midi, on fait vraiment du trekking dans la jungle. Chaque seconde, on croit qu’on va tomber, se faire piquer par un moustique porteur de Malaria ou glisser dans notre transpiration. J’adore.

Le chemin est (enfin !) vraiment ardu et magnifique comme on se l’imagine. On est presque constamment la semelle dans l’eau. Heureusement nos guides, (ceux de la grotte) équipés cette fois de slashes (flip-flops en anglais), veillent sur nous. Nous arrivons à la raison de notre marche: une cascade d’eau. Sous celle-ci, je me sens comme dans une pub d’Herbal Essences, l’orgasme en moins.

Lointaine Cabane

Le quatrième jour, on remballe nos tentes et on quitte l’école où nous avons dormi 2 nuits. Comme on est censés être dans la semaine de trekking, on marche encore 1 heure vers notre transport. Celui-ci nous amène au « Barrage » (ne me demandez pas lequel), un endroit paradisiaque avec une petite cabane en bois baignant dans l’eau, des montagnes comme décor et pas un chat…

Au loin, je distingue une silhouette se dirigeant vers la cabane. Sous le bras, elle porte une grande boite, comme une unité centrale d’ordi. Je ne croyais pas si bien dire. La silhouette prépare le matos pour ce que tout Thaïlandais qui se respecte adore : le karaoké. Il est plus ou moins deux heures de l’après-midi lorsqu’ils commencent à chanter. Et c’est parti pour plus de huit heures de mélodies (format midi) thaïes et européennes volume a fond. Au fait, ils ont aussi commencé à boire vers 2 heures…

Cabane Fever

Cabane Fever

Nous méritons donc bien le repos du cinquième jour, dans l’hôtel où nous avions été la semaine d’avant. Le soir, tout le monde est scotché devant ‘Mr and Ms Smith’ avant de sortir dans la boite locale. Samedi, retour à la case départ. On se prépare pour la « Beachweek ». On regarde un film. On va à la piscine. La vie normale de volontaires quoi.

La fois prochaine: Panique à la plage.

Merci encore pour toutes vos réponses et encouragements. Continuez à m’envoyer des nouvelles, j’ai tendance à oublier comment est la Belgique

Bizzatous,

Thierry

Kimmy et Abby, tout sourire

Kimmy et Abby, tout sourire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s